Un site de l’ANDAR - Association Nationale de Défense contre l’Arthrite Rhumatoïde

Affiner votre recherche

Parler de sa maladie à ses collègues et à son employeur

La PR est souvent invisible et votre entourage professionnel peut ignorer que vous êtes malade. Cela peut être un avantage si vous faites le choix de ne pas parler de votre maladie au travail. Mais cela peut aussi être source d’incompréhension si vous rencontrez des difficultés à réaliser vos tâches professionnelles, du fait par exemple de douleurs ou de fatigue liées à votre maladie.

Quoi qu’il en soit, la décision de parler de votre maladie sur votre lieu de travail vous appartient. Elle n’est pas facile à prendre et sera le fruit d’une réflexion personnelle. Il n’existe en aucun cas l’obligation légale d’informer votre entourage professionnel de votre maladie. Votre employeur ne peut en aucun cas vous interroger sur votre état de santé. En conséquence, vous n’êtes tenu(e) de répondre à aucune question relative à votre état de santé de la part de vos collègues ou de votre hiérarchie si vous ne le souhaitez pas.

Seul le médecin du travail a vocation à être destinataire d’informations sur votre handicap ou votre état de santé. Néanmoins, il convient de relever que juridiquement, rien n’impose non plus au salarié de parler de son handicap au médecin du travail.

Ce dernier est tenu au secret médical et ne doit pas communiquer sur votre maladie à votre employeur. Il l’informe des aménagements nécessaires de votre poste de travail mais ne lui en communique pas la cause.

Même si vous ne révélez pas votre statut de handicap ou si vous n’informez pas le médecin du travail de votre état de santé, vous êtes protégé(e) quelles que soient les conséquences pour l’entreprise. Vous pourrez vous prévaloir de tous les droits légaux ou conventionnels attachés à ce statut. Prudence toutefois à ce que cela ne vous expose pas à voir le médecin du travail rendre un avis sur l’aptitude au poste contraire à la réalité. En effet, il est prévu à l’issue de chaque examen médical (visites médicales d’embauche, périodiques, de reprise et éventuellement lors des visites médicales occasionnelles demandées par vous-même, le médecin ou l’employeur), la délivrance par le médecin du travail d’un avis d’aptitude au poste.  Cet avis d’aptitude a pour but de s’assurer de votre aptitude au poste à l’embauche et de son maintien ultérieur. Si vous dissimulez votre statut de travailleur handicapé ou vos difficultés de santé, vous pouvez alors vous voir proposer un poste de travail inapproprié pouvant même parfois s’avérer dangereux au regard de votre santé. Or, l’avis d’aptitude est également l’occasion pour le médecin du travail de proposer des adaptations au poste ou une affectation à d’autres postes. Dans cet objectif, il vous est donc vivement conseillé de faire connaître vos difficultés de santé et votre éventuelle situation de handicap auprès du médecin du travail pour pouvoir bénéficier d’aménagements appropriés.